La rédaction

Biomodex révolutionne la chirurgie avec l’impression 3D

Biomodex conçoit et produit des maquettes de simulation chirurgicale imprimées en 3D. La jeune start-up bénéficie du soutien de la Région depuis 2016 à travers le dispositif Innov'up.


C'est la 3D, sujet commun de leur mémoire de thèse, qui les a réunis. Thomas Marchand et Sidarth Radjou, sont les deux fondateurs de Biomodex, start-up née en 2015 à Paris qui conçoit et produit des maquettes de simulation chirurgicale imprimées en 3D à partir de l'imagerie médicale.

« Les maquettes servent ensuite à la formation et même à l'entraînement des chirurgiens. Ils peuvent préparer une opération délicate par exemple », explique Anna Garrec, chef des opérations de la start-up parisienne. Car les maquettes sont réalisées à partir de l'anatomie exacte du patient, ce qui permet au chirurgien d'être quasiment dans les « conditions réelles » d'une opération. Toutes les disciplines peuvent être traitées : orthopédie, cardio-vasculaire, ORL...

« Depuis notre lancement, nous bénéficions du soutien très important de Dassault Systèmes, qui nous permet d'utiliser ses logiciels et ses machines 3D », ajoute Anna Garrec. Le soutien de la Région, lui, nous a permis « de continuer la R&D sur les produits en développement et notamment notre nouveau produit cardiovasculaire.»

Après une première levée de fonds de 2,7 M€ en 2016, Biomodex va procéder à un nouvel appel de fonds au 1er trimestre 2018. Objectif : se développer à l'international. « Les États-Unis représentent 50% de notre marché et c'est là que se trouvent les décideurs », précise Anna Garrec. Thomas Marchand, qui vient d'ouvrir un bureau à Boston, est actuellement en phase de recrutement outre-Atlantique. « D'ici fin 2018, nous allons recruter 10 personnes aux USA et passer d'un effectif de 20 à 25 à notre siège, installé près de Bastille, à Paris », conclut Anna Garrec. Outre-Atlantique justement, Sidarth Radjou, diplômé de l'école Centrale, a été nommé par la revue du Massachusetts Institute of Technology (MIT Technology Review) comme l'un des 10 Français de moins de 35 ans les plus innovants en 2017.

 

Lauréat Innov'up proto en 2016
Biomodex a répondu à un appel à projets dans le cadre d'Innov'up Proto en 2016. Sélectionnée par le jury, la start-up a reçu une aide de 600.000€ dont 400 000 € versés par BpiFrance. En 2017, la Région et son partenaire Bpifrance ont mobilisé une enveloppe globale de 51,5 M€ pour l’aide Innov’up. 

Plus d'infos sur www.biomodex.com

Photo : Thomas Marchand et Sidarth Radjou, fondateurs de Biomodex © Biomodex