En direct : le vote du budget 2018 de la Région Île-de-France

Poursuite de la baisse des dépenses de fonctionnement et maintien à un très haut niveau de l'investissement, telles sont les idées-forces du budget voulu par l'exécutif régional pour l'an prochain. C'est le principal dossier à l'ordre du jour dans l'hémicycle régional ces 18, 19 et 20 décembre. Des débats à suivre à partir de 9h sur Twitter et en vidéo sur cette page.

À l'hémicycle du Conseil régional, au 57, rue de Babylone, à Paris (7e). Ouvert au public (inscriptions closes ).

Pour télécharger l'ordre du jour, cliquez ici.

Pour accéder à tous les rapports en débat ces 18, 19 et 20 décembre, cliquez ici.
Dossier de presse budget 2018 de la Région Île-de-France
À feuilleter en ligne et à télécharger.

La consolidation caractérise le budget 2018 de la Région Île-de-France, soumis au débat ces 18, 19 et 20 décembre.

Pour l'exécutif, il s'agit de poursuivre dans une logique reconnue par la Cour des comptes et les agences de notation, et qui se résume ainsi : maîtrise des charges de fonctionnement, programme ambitieux d’investissement et pratiques saines de gestion de la dette.

Au-delà, le budget 2018 se caractérise par trois axes forts :

  • Accélérer la transformation écologique : en investissant sur les transports du futur ; en faisant de l’énergie et de la qualité de l'air des priorités de l'action environnementale ; en aménageant durablement le territoire et en renforçant le soutien aux parcs naturels régionaux dans le cadre du Pacte rural.
  • Renforcer les compétences des Franciliens et l’économie régionale : en mettant rapidement en œuvre le plan d’urgence pour les lycées ; en amplifiant la croissance de l’apprentissage ; en favorisant la réussite dans les formations sanitaires et sociales ; en faisant de l’Île-de-France une référence en matière d’accès à l’enseignement supérieur ; en développant une offre de formation professionnelle adaptée et de qualité pour favoriser l’emploi ; en poursuivant l’effort financier en matière de développement économique et d’innovation ; en mettant en œuvre la nouvelle stratégie touristique de la Région ; en déployant un « pacte agricole » ; en confirmant la réorientation et la réorganisation de l’action internationale.
  • Lutter contre les fractures territoriales : en répondant au défi du logement et de la réduction des fractures urbaines par une politique équilibrée ; en assurant la sécurité pour tous et partout ; en favorisant l’accès de tous les Franciliens à la culture ; en promouvant le sport pour tous ; en déployant la Région solidaire pour ceux qui en ont besoin ; en renforçant l’attractivité des îles de loisirs.

Les débats des 209 conseillers régionaux sont à suivre durant trois jours à partir de 9h en vidéo sur cette page et en direct sur Twitter (#BudgetIDF).

Photo : © Hugues-Marie Duclos

Ci-dessous, l'essentiel à retenir sur les postes du budget, au fur et à mesure qu'ils sont discutés.

 

Transports

Le budget 2018 poursuit l’effort sans précédent de la Région pour déployer les transports du futur dont l’Île-de-France a besoin. C'est-à-dire des transports qui réduisent les fractures territoriales et sociales et font de l’Île-de-France une métropole régionale attractive de premier rang mondial. 2018 permettra ainsi l’accélération ou la concrétisation d’opérations structurantes comme le prolongement de la ligne 11 du métro vers Rosny-Bois Perrier (93), de la ligne 4 vers Bagneux, du tramway T1 entre Gennevilliers et Colombes (92) ou encore le tram express 12 (tram-train Massy Évry, 91).
La Région accentue aussi son soutien à la mise en accessibilité des gares. Le budget dévolu aux routes concrétise la montée en puissance du plan « anti bouchons et pour changer de route » adopté en mars 2017, qui a fait l’objet d'un contrat cadre avec tous les départements d’Île-de-France. L'objectif est à la fois de poursuivre ou d’engager les opérations résorbant 40 points de congestion identifiés et d´améliorer l´intégration de ces routes dans leur environnement en privilégiant les solutions techniques les plus innovantes.
Le développement des sites propres pour autobus sera poursuivi, notamment sur les projets de TZen, tout particulièrement le TZen 4 entre Viry-Châtillon et Corbeil-Essonne.
Des opérations d’aménagement de voies réservées sur les autoroutes franciliennes, avec l´objectif d’y accueillir à court terme les covoitureurs, verront le jour.
La mise en œuvre du plan vélo adopté en 2017 et doté de 18 M€ se concrétisera par l’aménagement d’itinéraires dédiés, notamment pour aller vers les gares, le développement de services destinés aux usagers et la promotion de l’usage du vélo.

 

Environnement et énergie

Globale et transversale, la politique environnementale régionale s’inscrit pleinement dans les territoires, au service et au plus près des Franciliens, avec l’ambition de faire de l’Île-de-France une région plus verte, plus propre, plus sobre et plus autonome en matière énergétique et plus respirable.
Quatre priorités ont été définies pour 2018 et faire de l’île-de-France la 1re métropole écologique d’Europe :

  • Financer les énergies de demain grâce à une enveloppe de 27 M€
  • Faire de « la nature partout et pour tous » une réalité à travers l’ouverture de nouveaux espaces verts verts aménagés en ville notamment. 19 l’ont été depuis 2016 dont 13 dans le cadre du plan de végétalisation.
  • Limiter la prodution de déchets avec le plan régional « zéro déchet » en faveur de l’économie circulaire et sa mise en consultation auprès des acteurs franciliens.
  • Revitaliser la forêt en déployant le plan forêt doté de 1,5M€

Avec ce budget, la Région entend mettre la transition environnementale à la portée de tous les Franciliens et répondre à leurs préoccupations légitimes en matière de santé, d'emploi durable et de cadre de vie.

 

Aménagement durable

Le budget de l’aménagement fait de l’environnement une priorité. Le dispositif des 100 quartiers innovants et écologiques illustre la volonté de la Région de jouer un rôle moteur pour accompagner la relance de la construction de logements dans toute l’Île-de-France et pour construire mieux en conciliant modernité, bien-être et faible impact écologique, le tout afin de répondre aux attentes des habitants. 52 projets ont été lancés depuis 2016.
De même le soutien à l’urbanisme transitoire, qui encourage l’innovation, la participation des habitants et les pratiques vertueuses en matière environnementale durant les temps de latence des projets d’aménagement va se poursuivre. 24 projets illustrant la volonté d’accompagner les transformations urbaines sont d’ores et déjà financés.
La préparation de la Biennale internationale de l’architecture, de la ville et du paysage en Île-de-France sera poursuivie en vue de sa tenue au printemps 2019. Cet événement contribuera à l´attractivité francilienne tout en répondant aux enjeux environnementaux, sociétaux, économiques et scientifiques d’une région métropole de rang mondial.
Les collectivités franciliennes sont également au cœur du projet régional et la montée en puissance des nouveaux contrats d’aménagements régionaux (CAR) va se poursuivre. 150 projets ont ainsi pu être financés depuis 2016.

 

Administration générale

L’année 2018 constituera une année charnière avec le déménagement d’une partie des services du siège à Saint-Ouen. Les modes de travail continueront leur transformation pour faire entrer la Région dans une nouvelle ère. Le télétravail, actuellement en phase d'expérimentation (10% des effectifs), sera entièrement déployé.
La politique Ressources humaines menée dans les lycées se renforce en 2018 avec pour objectif de maintenir les effectifs présents tout en allouant aux lycées les moyens nécessaires à leur bon fonctionnement. Enfin, la rationalisation des dépenses de fonctionnement se poursuit. La réduction des effectifs du siège entamée en 2016 continuera en 2018 avec la reconduction de l'objectif d'une suppression de 50 postes. Depuis la fin de l'exercice 2015, les effectifs du siège sont passés de 1.885 agents à 1.782.

 

Enseignement secondaire

L’année 2018 sera d’abord consacrée à la mise en œuvre du plan d'urgence doté de 5 Mds€ dans les lycées. Quatorze opérations entreront en phase travaux, avec la mise en chantier de cinq internats, une extension à Mantes-la-Ville (78), six opérations ciblées, dont quatre demi-pensions, et deux rénovations globales aux lycées Le Corbusier à Poissy et Ferry-Cormier à Coulommiers.
2018 sera aussi marquée par la livraison des lycées neufs de Boulogne-Billancourt et Courbevoie (92), le lancement des études pour les lycées neufs de Cormeilles-en-Parisis et Vincennes, et l’extension de capacité du lycée de Courcouronnes (91). La mise en accessibilité des lycées sera par ailleurs renforcée.
Dans la perspective de la mise en place de lycées 100% numériques, le raccordement au très haut débit des lycées se poursuivra avec l’objectif de raccordement aux 465 établissements d’ici 2020, avec une généralisation du Wifi.
La Grande Cause régionale 2018 sera la lutte contre le décrochage scolaire, avec un encouragement des initiatives locales tout particulièrement
L’action régionale portera aussi sur la déradicalisation, la lutte contre toutes les formes d’addiction, et sur la plus grande ouverture au monde de l’entreprise ou de la culture.
Enfin, souhaitant réaffirmer la liberté des familles d'inscrire leur enfant dans l'établissement d´enseignement de leur choix, la Région versera des aides sociales aux lycéens du public comme du privé.

 

Développement économique et innovation

En 2018, la Région poursuivra son engagement pour simplifier l’accès aux aides, améliorer l´information et l’orientation des entreprises, et accélérer les délais de traitement.
À noter que le budget consacré aux aides aux entreprises s’inscrit dans un contexte marqué par la rupture des engagements de l’État vis-à-vis des Régions en matière de développement économique. Ce retrait entraîne un manque à gagner pour l’Île-de-France de l’ordre de 55 M€ en 2018.
Les objectifs poursuivis sont les suivants : donner plus de cohérence et de visibilité à la politique de soutien à l’innovation, consolider certaines filières stratégiques ou technologiques clés pour la compétitivité et l’attractivité de Île-de-France, et bâtir une offre de services de haute qualité et homogène sur les bassins d´emplois franciliens en partenariat avec les collectivités.

 

Ruralité et agriculture

Formidable atout pour le développement de l’Île-de-France, les territoires ruraux font l’objet d’une politique globale et transversale lancée en 2016 et poursuivie en 2018 avec le même budget d’investissements qu’en 2017. Baptisée « Pacte rural », elle comprend notamment un soutien aux commerces de proximité et la création d’espaces de travail collaboratifs. Les contrats ruraux bénéficient du même budget qu’en 2017 aussi pour améliorer le cadre de vie des communes de moins de 2.000 habitants.
Concernant les quatre Parcs naturels régionaux, la Région va simplifier leur gestion en reprenant la part à la charge des Départements, et en établissant des contrats 2018-2020.
Le soutien à l’agriculture va, lui, monter en puissance, avec un budget en hausse de près de 23% par rapport à 2017. Objectif : garantir la mise en œuvre opérationnelle du « Pacte agricole » dès le début 2018, qui prévoit d’accroître la compétitivité économique et environnementale des exploitations. Mais aussi favoriser l’agriculture biologique économiquement robuste grâce à de véritables contrats de filière et au développement de l’agriculture urbaine et péri-urbaine. Des mesures cofinancées par le Fonds européen agricole pour le développement rural.

 

Enseignement supérieur et recherche

Le budget 2018 s’inscrit dans les orientations définies par le nouveau Schéma régional de l’enseignement supérieur de la recherche et de l’innovation (SRESRI) adopté en septembre 2017, à savoir : s’orienter, se réorienter, se former et s’insérer tout au long de la vie ; faire de l’Île-de-France une référence mondiale en matière de science et de technologie et soutenir des universités et des campus franciliens de niveau mondial
Doté de plus de 80 M€ d’investissements, il se fixe quatre grandes priorités :

  • Soutenir les universités et des campus franciliens de niveau mondial,
  • Aider les étudiants les plus méritants à travers les bourses pour les bacheliers boursiers mention très bien (900 €), l’aide à la reprise des études supérieures (Diplôme d’accès aux études universitaires) de 900 € ou encore les bourses internationales à la mobilité dont le budget sera augmenté de 10%,
  • Le soutien à la recherche et aux projets d’avenir dont les domaines d’intérêt majeur (DIM),
  • Mise en place du nouveau portail de l’orientation.

La Région poursuit la réalisation des programmes immobiliers prévus au Contrat de plan État-Région 2015-2020 et mobilisera une enveloppe d’un montant de 50 M€ pour plusieurs opérations dont le nouveau bâtiment de recherche dédié à l’EHESS situé sur le campus Condorcet (93), la nouvelle bibliothèque de documentation internationale contemporaine à Nanterre (92), les travaux de réhabilitation des locaux de l'École nationale vétérinaire d'Alfort (94) ou la construction d’un bâtiment pour accueillir les étudiants en tourisme de l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée à Val d’Europe (77).

 

Tourisme

Avec plus de 500.000 emplois directs et indirects, la filière touristique francilienne représente un enjeu majeur pour la Région. La première industrie d’Île-de-France a traversé une crise sans précédent en 2016, avec une baisse de fréquentation sur l’année d’1,3 million de touristes, soit un manque à gagner de 1 Md€.

En 2017, grâce aux six mesures d’urgence notamment et à la mobilisation du fonds de soutien au tourisme, conjuguée à un retournement de conjoncture, les touristes sont revenus, permettant de retrouver des niveaux de fréquentation de 2015, voire supérieurs. Cette reprise reste toutefois fragile et les efforts entrepris doivent être poursuivis et mis en oeuvre dans leur intégralité en 2018 dans le cadre du nouveau Schéma régional de développement du tourisme et des loisirs (2017-2021).

Doté de plus de 21 M€ (dont 4 M€ pour la modernisation et la transition numérique du secteur), le budget 2018 dédié au tourisme s’articulera autour de quatre grandes priorités :

  • le soutien à la modernisation et à la transition numérique du secteur touristique,
  • le soutien aux professionnels du secteur pour améliorer leur maîtrise des langues étrangères et développer l’offre et les services multilingues,
  • le renforcement de la sécurité des sites touristiques,
  • l’amélioration de l’accueil des touristes en maintenant le dispositif des Volontaires du tourisme, largement plébiscité par les touristes et les professionnels du tourisme en 2017.

 

Action internationale

Initiée en 2017, la réorientation de l’action internationale régionale vers des zones ayant des liens privilégiés avec les Franciliens et/ou des intérêts économiques pour la Région se poursuit en 2018, parallèlement au maintien d'une action de solidarité internationale.
Cela implique :

  • La poursuite des efforts avec les territoires dont sont issus nombre de Franciliens, et en particulier le Maghreb et l’Afrique subsaharienne francophone. La Chine sera également prioritaire, avec notamment la recherche d’un accord avec la province du Zhejiang,
  • le développement des actions de promotion dans des zones présentant un intérêt économique majeur,
  • la recherche des financements extérieurs, afin de pouvoir mener des projets plus ambitieux et plus visibles,
  • le maintien de la capacité d’action en situation d’urgence humanitaire et d’aide à la  reconstruction de territoires sinistrés,
  • le soutien aux actions internationales dans le cadre de la francophonie.

Ci-dessous, plus d'infos sur les zones de coopération internationale de la Région Île-de-France :

Voir en plein écran

 

Europe

En 2018, la Région poursuivra ses efforts pour que les recours aux financements européens soient au niveau le plus haut, qu’il s’agisse des fonds européens structurels ou des programmes d’actions communautaires tels que le plan Juncker. Les trois objectifs phares de 2018 sont donc le maintien d’une programmation ambitieuse, la massification des paiements et l’atteinte des objectifs de performance, qui, à eux trois, doivent permettre d’éviter la perte de crédits à fin 2018.

Les crédits mobilisés serviront prioritairement à :

  • stimuler l’innovation et l’emploi en soutenant les investissements en R&D des entreprises franciliennes et facilitant l’accès à l’entreprenariat des publics éloignés de l’emploi,
  • réduire les fractures territoriales et sociales en luttant contre le décrochage scolaire et en formant les Franciliens les plus fragiles.

 

Formation professionnelle et apprentissage

L’année 2017 a été celle du retour de la croissance des effectifs d’apprentis en Île-de-France. Cela après une baisse ininterrompue de près 6% entre 2012 et 2015, malgré une baisse des dotations et grâce à une amélioration de la performance.
Pour 2018, année marquée par la fin du plan 500.000 formations, l’exécutif régional souhaite poursuivre et accélérer son action pour le retour à l’emploi des Franciliens. L’objectif est double : atteindre 100.000 apprentis et former 20.000 personnes sans emploi par an d’ici à 2021.
L’apprentissage est clairement une voie de réussite, avec des taux de succès aux examens de 70% à 85% selon les niveaux, et 68% des apprentis en emploi sept mois après leur sortie de formation. Plus de 190 M€ seront consacrés au financement des centres de formation des apprentis (CFA), dont plus de 27 M€ pour les travaux.
2018 marquera aussi la première année du suivi des contrats de performance signés avec les CFA. Ainsi, la Région apportera un soutien sans faille aux plus performants et déploiera un suivi spécifique pour ceux qui s’éloignent le plus des objectifs fixés. Parce qu’il n’y a pas d’apprentissage sans contrat de travail avec un employeur, la Région continuera son action en direction des entreprises recrutant ou souhaitant recruter des apprentis.
Dans le domaine de la formation professionnelle, un dispositif régional d’aide individuelle sera créé, en articulation avec le dispositif de Pôle emploi, pour répondre au mieux aux demandes spécifiques de formation des demandeurs d’emploi, visant le retour à l’emploi rapide et l’acquisition d’un niveau de qualification supérieur. Pour rappel, 2017 a marqué la concrétisation du programme « 2e chance numérique » et le lancement de l’application Anotéa permettant d’évaluer la qualité des formations professionnelles.

 

Culture

En  hausse de 0,4% par rapport à 2017 (et de 12,5% par rapport à 2015), le budget culture atteint, en fonctionnement et en investissement, 93,6 M€ en 2018.
La priorité sera portée en 2018 sur le patrimoine, avec un budget de 9M€ en 2018, soit +125% par rapport à 2017.
L’éducation artistique et culturelle dans les lycées voit, elle, son budget augmenter de 43% en 2018, pour faire des établissements secondaires la porte d’entrée de la culture, à travers plusieurs dispositifs emblématiques : Prix littéraire des lycéens, apprentis et stagiaires de la formation professionnelle, Lycéens et apprentis au cinéma ou encore Flash collection pour initier à l'art contemporain.
Le budget 2018 ouvre par ailleurs la voie au développement d’actions sur tout le territoire pour lutter contre les déserts culturels : des boîtes à livres seront installées à titre expérimental dans 15 gares franciliennes ; les opérations Jardins ouverts, L’Île-de-France fait son cinéma ! et La Région fête le théâtre seront reconduites et amplifiées en 2018.
Facteur essentiel d’attractivité et de lien entre les Franciliens, la création artistique sera plus que jamais accompagnée en Île-de-France, avec une priorité donnée aux jeunes talents à travers le dispositif FoRTE.

 

Logement

En 2018, la Région poursuit ses trois objectifs prioritaires en matière de logement et de rénovation urbaine : aider les maires bâtisseurs à construire, lutter contre les ghettos urbains et améliorer la mixité sociale, favoriser la revitalisation des quartiers en difficulté.
Avec une enveloppe de 55 M€ en faveur du logement social, familial, et pour jeunes et étudiants, la Région apportera également un appui significatif et déterminant aux opérateurs HLM.
Fin septembre 2017, les logements mis en chantier (toutes catégories confondues) avaient progressé de 23 % en un an.
La prise en compte des besoins de tous les territoires sera renforcée en 2018 et donnera lieu ainsi à une plus grande modulation des aides régionales en faveur du logement social familial.
L’année 2018 verra également la montée en puissance du Nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU) : la Région a décidé de mobiliser, dans ce cadre, 250 M€ en faveur des 102 quartiers d’intérêt régional et national d’Île-de-France, pour l’humanisation des quartiers, le soutien à leur développement économique et l’aide à la jeunesse.

 

Citoyenneté et vie associative

Le soutien à la citoyenneté et le respect des valeurs de la République restent une priorité régionale, avec un budget de 750.000€ pour soutenir les actions permettant de les renforcer : lutte contre la radicalisation dans le domaine du sport et des loisirs, soutien aux projets d’expression citoyenne des associations…

La lutte contre les violences faites aux femmes et les discriminations bénéficiera d’une dotation de 600.000€ en 2018, avec une priorité aux actions judiciaires pour assister les victimes. Le soutien régional au Centre Hubertine Auclert, ainsi qu’à l’Observatoire régional des violences faites aux femmes  intégré en son sein, se poursuivra en 2018 avec un budget de 600.000€.

Les actions des associations œuvrant  dans les territoires de la politique de la ville seront soutenues à hauteur de 2 M€ autour des thématiques de la place des femmes dans l’espace public, la défense des valeurs de la République et de la citoyenneté, et le renforcement de la cohésion sociale. Le dispositif permettra également de financer les poursuites judiciaires.

L'Île-de-France solidaire se traduit également par le soutien à l’engagement et au bénévolat, avec un budget de 900.000€ réparti à égalité entre le soutien à la vie associative et celui aux fédérations et têtes de réseau de jeunesse et d’éducation populaire.

Sports et loisirs

La politique sportive régionale poursuivra en 2018 son objectif de préparer la Région aux Jeux olympiques et paralympiques de 2024, avec plus de 19 M€ de budget : financement des infrastructures olympiques, soutien aux jeunes sportifs de la génération 2024…

Mais la pratique du plus grand nombre reste au cœur du budget Sport 2018, avec une dotation de 3,4 M€ : construction et rénovation d’équipements sportifs de proximité ou pour l’usage des lycées, encouragement de la pratique féminine, soutien et mise en valeur des athlètes franciliens et notamment des Ambassadeurs du sport…

La Région consacrera également plus de 6 M€ au soutien à l’organisation des GESI (Grands évènements sportifs internationaux) comme la Ryder Cup 2018 ou encore la préparation de la Coupe du monde de football féminin 2019.

Côté Loisirs, la Région poursuit son soutien aux 12 îles de loisirs régionales avec un budget de 9 M€ : rénovation, sécurisation, accessibilité, et amélioration de la vocation sociale des îles avec le développement des séjours bénéficiant aux groupes de jeunes, aux familles fragilisées et aux femmes victimes de violences ainsi que sur les activités sportives, culturelles et éducatives.

Pour la Jeunesse, 2018 sera marqué par les propositions du nouveau Conseil régional des jeunes, tandis qu’une vaste réflexion sera menée pour mieux coordonner les actions régionales en direction de la jeunesse. 

Sécurité

En 2018, les crédits consacrés à la sécurité s'établiront à 22 M€ en 2018, soit + 217 % en investissement par rapport à 2015.

Les priorités 2018 portent sur :

  • La sécurisation des établissements d’enseignement et de formation, avec un budget de 10,3 M€ pour les lycées, et 300.000 € pour les centres de formation sanitaires et sociales 
  • Le soutien à la sécurisation des communes pour un budget de 10,7 M€ : implantation des forces de l’ordre, équipement des polices municipales, équipement en portiques de sécurité…

Ces actions s’inscrivent dans un cadre plus large, comprenant une action résolue de la Région en faveur de la sécurisation des autres établissements d’enseignement et de formation de compétence régionale, la sécurisation des transports publics avec Île-de-France Mobilités, la sécurisation des îles de loisirs et plus généralement des sites touristiques.

Action sociale, santé et famille

Durant l’année 2017, la Région a développé son engagement pour une Île-de-France solidaire. Ce budget 2018 permet de renforcer l’action régionale en direction des publics les plus fragiles, en particulier les jeunes, les personnes vivant avec le VIH, les femmes en difficultés et les familles, avec une dotation de 3,8 M€.

La mise en œuvre du schéma régional des formations sanitaires et sociales se poursuit, et  202,6 M€ seront consacrés en 2018 à des actions menées pour répondre aux importants besoins en emploi des territoires dans ces métiers : développement des formations, équipements des centres, amélioration des locaux, soutien aux publics par des bourses…

En matière de santé, le budget 2018 permettra de poursuivre les actions prioritaires de la Région : lutte contre les déserts médicaux, engagement pour une Île-de-France sans sida, santé des jeunes. En complément de son soutien à l'installation des professionnels de santé doté d’une enveloppe de 3,5 M€, la Région poursuivra sa promotion d'outils numériques au service de la prévention et de la santé, comme l’iPass contraception.

Pour 2018, le Fonds régional de soutien et de solidarité aux familles sera doté d’un budget de 1,5 M€, qui financeront notamment la création de places dans des structures spécialisées pour les personnes atteintes des maladies d’Alzheimer et neurodégénératives, l’accueil de la petite enfance, l’accompagnement des publics fragiles, des femmes et des familles en difficultés, notamment pour le départ en vacances des plus démunis, les aidants familiaux…

La prise en compte du handicap procède d’une approche transversale à toutes les politiques régionales. En 2018, la Région mobilise des dotations spécifiques pour soutenir des solutions innovantes afin de mieux accompagner les personnes en situation de handicap : prise en charge de l’autisme et des troubles cognitifs, soutien aux 8 Maisons départementales du handicap, financement de travaux d’accessibilité dans des logements privés ou de places dans des structures d’accueil d'enfants et de jeunes en situation de handicap, soutien à l’acquisition d’aides techniques et d’appareillages…

Photo : © Hugues-Marie Duclos

Tags